La maison où j’ai grandi – Françoise Hardy


Quand je me tourne vers mes souvenirs
je revois la maison où j’ai grandi.
Il me revient des tas de choses:
je vois des roses dans un jardin.
Là où vivaient des arbres, maintenant
la ville est là
et la maison, les fleurs que j’aimais tant
n’existent plus.
Ils savaient rire, tous mes amis
ils savaient si bien partager mes jeux
mais tout doit finir pourtant dans la vie
et j’ai dû partir, les larmes aux yeux.
Mes amis me demandaient: “Pourquoi pleurer?”
et “Couvrir le monde vaut mieux que rester.
Tu trouveras toutes les choses qu’ici
on ne voit pas
toute une ville qui s’endort la nuit
dans la lumière.”
Quand j’ai quitté ce coin de mon enfance
je savais déjà que j’y laissais mon coeur.
Tous mes amis, oui, enviaient ma chance
mais moi, je pense encore à leur bonheur.
à l’insouciance qui les faisait rire
et il me semble que je m’entends leur dire:
“Je reviendrai un jour, un beau matin
parmi vos rires
oui, je prendrai un jour le premier train
du souvenir.”
La temps a passé et me revoilà
cherchant en vain la maison que j’aimais.
Où sont les pierres et où sont les roses
toutes les choses auxquelles je tenais?
D’elles et de mes amis plus une trace
d’autres gens, d’autres maisons ont volé leurs places.
Là où vivaient des arbres, maintenant
la ville est là
et la maison, où est-elle, la maison
où j’ai grandi?
Je ne sais pas où est ma maison
la maison où j’ai grandi.
Où est ma maison?
Qui sait où est ma maison?
Ma maison, où est ma maison?
Qui sait où est ma maison? …

Bài này đã được đăng trong Nhạc. Đánh dấu đường dẫn tĩnh.

Trả lời

Mời bạn điền thông tin vào ô dưới đây hoặc kích vào một biểu tượng để đăng nhập:

WordPress.com Logo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản WordPress.com Đăng xuất /  Thay đổi )

Google photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Google Đăng xuất /  Thay đổi )

Twitter picture

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Twitter Đăng xuất /  Thay đổi )

Facebook photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Facebook Đăng xuất /  Thay đổi )

Connecting to %s